Saint-Laurent-de-la-Côte © Flore Giraud (8)
Un territoire et des sites marqués de milliers de croix

Derrière cette croix, il faut en imaginer des milliers ; en bois, en pierre ou en fer ; plantées au cœur des églises, au sommet d’un col ou à la croisée des chemins ; délimitant et protégeant ce que furent les états de la Maison de Savoie comme autant d’immuables sentinelles… Si l’on fait exception de toutes celles emportées par les avalanches et glissements de terrain.


 

QUAND L’ART DE RÉGNER CONDUIT AU RÈGNE DE L’ART

Pour comprendre comment l’art baroque s’est développé si rapidement dans les vallées de Roya et Bévéra, au cœur des Alpes Maritimes, dans celles de Maurienne, Tarentaise, Beaufortain et Val d’Arly en Savoie et dans les vallées du Pays du Mont-Blanc en Haute-Savoie, il faut remonter quelque 500 ans en arrière.

En savoir plus

Chapelle Sospel © Flore Giraud (8)
Chapelle Sainte-Croix, Sospel, Alpes-Maritimes © Flore Giraud

LE BAROQUE : UN ART QUI EN IMPOSE

Dans ce système verrouillé de toutes parts, entre un seigneur tout puissant sur ces terres et un clergé gardant la main sur le Ciel, l’expression artistique l’est aussi, avec un goût baroque diffusé depuis le sommet de l’Etat.

Un stéréotype aurait pu être imposé… Mais c’eut été sans compter l’extraordinaire foisonnement du baroque, aux formes variées et multipliant les trajectoires, qui va permettre à chaque vallée, à chaque village, à chaque artiste, d’évoluer entre modèle imposé et figures libres…

 

 

Beaune © Flore Giraud (8)
Eglise ND de l'Assomption, Beaune, Saint-Michel-de-Maurienne, Savoie © Flore Giraud

En Haute-Maurienne, ce sont des dynasties de sculpteurs locaux qui réservent la flamboyance du baroque aux ornements intérieurs, tandis qu’en vallée de Bévéra, l’esprit baroque s’exprime aussi dans l’architecture comme dans l’urbanisme : La proximité et les liens plus étroits avec Turin explique sans doute la facture baroque plus savante des édifices du comté de Nice.

Loin de la route royale, en Val Montjoie, c’est une suite d’oratoires qui vient compléter la multitude d’églises et de chapelles, comme autant de jalons posés pour guider les fidèles sur le chemin de la foi, les montagnards sur les chemins muletiers et, des siècles plus tard, vous, sur les sentiers à la découverte du baroque…

 

 

 

La langue n’a jamais été une barrière.

PAROLE DE MONTAGNARD

« 1561, je m’en souviens très bien. C’est l’année où, conformément à l’Édit de Rivoli, il a été décidé que les Savoyards et Valdotains rédigeraient leurs documents en français, tandis que les Niçois et Piémontais utiliseraient l’italien. De quoi en perdre son latin…

En savoir plus
Les Contamines © Flore Giraud (7)
Eglise ND de la Gorge, Les Contamines, Haute-Savoie © Flore Giraud

DÉCRYPTAGE

Le retable peut être d’un Francomtois, les statues d’un Valsésian, l’autel d’un Savoyard et les peintures signées d’un Milanais…

Et si l’on ajoute que les Valdôtains parlaient français et les Niçois écrivaient en italien, vous avez à travers une œuvre baroque une vision précise des possessions transalpines de la Maison de Savoie aujourd’hui disparues, bien antérieures aux frontières actuelles et se jouant des barrières naturelles…